Adopter une bonne posture au travail est plus facile à dire qu’à faire. En effet, il arrive fréquemment que notre poste de travail ne soit pas adapté. Il est donc important de prendre le temps de bien l’organiser. Voici donc deux autres conseils d’ergonomie qui vous permettront d’être efficace à votre travail à l’ordinateur.

Votre chaise

Il est conseillé d’avoir une chaise dont la hauteur et l’inclinaison du siège et du dossier sont réglables indépendamment. Cela vous permettra d’ajuster votre chaise à vos caractéristiques physiques. Le réglage de la chaise se fait en trois étapes :

  1. Régler la hauteur : Ajuster la hauteur du siège afin que vos cuisses soient à peu près parallèles au sol. Il faut s’assurer que nos pieds sont posés à plat sur le sol ou supportés par un repose-pied lorsque l’on fait cet ajustement. Il est essentiel également de ne ressentir aucune pression inconfortable sous les cuisses.
  2. Régler l’inclinaison du siège : Incliner votre siège de façon à ce que le bas de votre dos soit bien supporté.
  3. Régler la hauteur des appuie-bras : Régler votre appuie-bras afin que vos épaules soient relâchées, vos bras près du corps et vos avant-bras appuyés sur les appuie-bras. S’ils ne sont pas ajustables ou s’ils sont encombrants, il est préférable de les enlever.

Votre clavier et souris

Votre souris devrait être placée tout près du clavier, au même niveau que celui-ci, et votre main devrait être en ligne droite avec l’avant-bras. Il est conseillé d’utiliser un clavier mince et plat, ou de réduire l’inclinaison en abaissant ses pattes arrière et, au besoin, ajouter un repose-poignet. Il existe plusieurs types de claviers conçus pour garder les mains en position neutre et ainsi aider à prévenir les lésions musculo-squelettiques. L’efficacité des claviers dépend de l’usager et du type de travail que vous accomplissez.

Aménager et ajuster convenablement votre poste de travail informatisé vous permettra d’avoir une posture confortable, préviendra la fatigue visuelle et augmentera votre productivité au travail.

Pour lire la première partie de cet article, cliquez ici.